Allergie ou intolérance ?

Avant de détailler certains cas particuliers on va commencer par déblayer le terrain sur ces deux mécanismes.

N’étant pas médecin et n’ayant pas envie de vous perdre sous une multitudes de termes scientifiques compliqués, je resterais simple et concise.

 

 

L’allergie

 

C’est une réaction du système immunitaire face à un corps étranger arrivant dans notre organisme.

Cet allergène est une protéine qui une fois sentie, touchée ou ingérée va déclencher une cascade de réactions dans votre corps en un temps plus ou moins rapide. De manière générale une allergie immédiate peut survenir dans les 20 minutes après contact à une heure. Cette allergie là peut être dépistée chez un allergologue grâce à des tests cutanés (le Pick test), ou un test sanguin (le dosage des anticorps IgE : Immunoglobulines E). Il existe d’autres formes de dépistages mais celles-ci sont les plus utilisées.

En revanche si il s’agit d’une allergie dite retardée, c’est-à-dire qu’elle surviendra peut-être dans les 30 premières minutes malgré tout, comme elle peut survenir plusieurs heures après, là… il n’y a aucun test qui peut vous le dire malheureusement. Et donc seul vous, votre connaissance de votre corps, de vos réactions etc peuvent dire si c’est tel ou tel aliment qui vous dérange…

Ensuite les solutions ? Dans les deux cas le régime d’exclusion est la priorité, certains auront la chance de pouvoir se faire désensibiliser mais ça ne fonctionne pas sur tout le monde.

Les symptômes ? Ils sont nombreux… allant des réactions cutanées (démangeaisons, eczéma, urticaire….) à des réactions digestives (diarrhées/constipations, ballonnements,  gaz, nausées, vomissements…) ou respiratoires (asthme, toux, rhume..) mais aussi fatigue, maux de tête voir migraine… bref la liste est longue et non exhaustive !

Les cas les plus graves d’allergies immédiates peuvent aller jusqu’à l’œdème de Quick, l’insuffisance respiratoire voir le choc anaphylactique (qui peut donc engendrer la mort du malade).

On ne rigole donc pas avec une allergie immédiate, surtout si elle est grave, et dans ces cas-là, souvent les personnes ont des traitements d’urgences comme des seringues d’adrénaline (Epipen), ou des traitements plus « softs » comme des antihistaminiques ou des corticoïdes.

Est-ce à vie ? Certaines allergies, en générale les cas les plus sévères, sont à vie, et souvent de naissance (mais pas toujours). Il faut savoir qu’une allergie peut se déclencher à n’importe quel moment de votre vie, à 3 mois comme à 97 ans, et qu’elles sont parfois réversibles (il suffit d’éviter l’aliment pendant quelques temps), parfois non. Une allergie évolue au fil du temps, donc parfois elle va devenir plus sévère comme elle va disparaître d’où la nécessité d’éviter l’allergène, afin d’éviter d’amplifier son allergie.

Et bien entendu, en fonction de la sévérité des règles d’hygiènes s’imposeront ou non, certains supporteront les traces, alors que d’autres devront éviter toutes traces dans les produits et devront s’évertuer à une attention toute particulière lors des sorties et dans les choix de leurs ingrédients.

Parfois il faut même racheter une batterie de cuisine en inox par ex (le bois est à éviter) car l’ancienne batterie est contaminée. Une lecture des étiquettes de produits va devenir un second métier, car en courses…. Ça prend du temps ! Mais il faut se méfier de tout, on trouve de tout, dans tout et surtout là où on ne l’attend pas ! Donc gardez l’œil ouvert et ne faites pas confiance au paquet sans regarder l’étiquette de plus près.

Aujourd’hui la réglementation impose de signaler les allergènes contenus mais aussi les traces possibles par contaminations croisées (lorsque c’est fait dans la même usine que… ou sur le même atelier). Ces allergènes signalés sont les 14 les plus répandus dans le monde :

1_ Céréales contenant du gluten (blé, orge, avoine, kamut, épautre, petit-épautre, seigle ou leurs souches hybridées) et produits à base de de ces céréales

2_  Œufs et produits à as d’œufs

3_ Crustacés et produits à base de crustacés

4_ Poissons et produits à base de poissons

5_ Arachides et produits à base d’arachides

6_ Soja et produits à base de soja

7_ Lait et produits à base de lait (y compris le lactose)

8_ Fruits à coques (amandes, noisettes, noix (cajou, de Grenoble, du Brésil, de Pécan, macadamia, du Queensland, pistaches) et produits à base de ces fruits

9_ Céleri et produits à base de céleri

10_ Moutarde et produits à base de moutarde

11_ Graines de sésame et produits à base de graines de sésame

12_ Anhydride sulfureux et sulfite (si plus de 10 mg/kg ou 10 mg/l, exprimé en SO2)

13_ Lupin et produits à base de lupin

14_ Mollusques et produits à base de mollusques

 

Malgré la nouvelle réglementation, elle n’est pas encore toujours bien appliquée par les industries donc restez vigilants sur les termes flous du type : arômes (surtout le caramel), vinaigre, épices etc…

Je vous mets une petite liste de ces termes ici.

 

 

 

L’intolérance

 

L’intolérance est différente, il s’agit d’un déficit enzymatique et ne fait pas intervenir votre système immunitaire.

Les intolérances les plus connus sont :

_ L’intolérance au lactose (par déficit en lactase qui et le sucre du lait)

_ L’intolérance à l’histamine (contenue dans le chocolat, la fraise, la tomate…)

_L’intolérance au fructose (une forme de sucre)

_ L’intolérance au gluten

Certains médecins pensent que dans certains cas comme le gluten, une réaction immunitaire serait en jeux et se ferait avec les anticorps IgG (pas les IgE de l’allergie), d’autres pensent que l’on se rapproche de l’allergie retardée… bref la science est en cours de recherche et le phénomène des intolérances autres que lactose/histamine et fructose, reste méconnu et incompris !

Les signes peuvent arriver au bout de 20 à 30 minutes comme l’allergie, tout comme on peut les ressentir 2 à 3 jours après ingestion et là c’est bien plus vicieux et difficile d’incriminer tel ou tel ingrédient !

Le must : non seulement les symptômes sont souvent proches de l’allergie, mais en plus il n’y a aucun test reconnu pour les dépister.

Alors bien évidement quand je parle de l’intolérance au gluten, je parle du cas non coeliaque dit d’hypersensibilité au gluten, car la maladie coeliaque, elle est dite « intolérance » mais en réalité elle n’appartient à aucune case, car c’est une maladie auto-immune faisant intervenir aussi le système immunitaire mais de manière encore différente. On reviendra dessus plus loin ;)

Donc pour les intolérances alimentaires (toutes confondues), les symptômes sont nombreux aussi : allant des réactions respiratoires, cutanées, digestives, extra digestives (maux de tête/migraine, rhumatismes) à aussi des symptômes psychologiques (dépression, hyperactivité, modification de l’humeur ou du caractère….).

De nombreuses maladies auto-immunes ou non commencent à être apparentées à des causes d’intolérances alimentaires comme le gluten, notamment l’hypothyroïdie d’Ashimoto, la sclérose en plaque, la fibromyalgie, les rhumatismes, Alzheimer, la Schizophrénie, le diabète, l’ostéoporoe, l’endométriose, le syndrome du Colon Irritiable, les MICI (Crohn, rectocolite)… Et j’en passe et en oublie !

Quelques médecins commencent à préconiser des régimes sans gluten/sans lactose pour le confort des malades mais le corps médical a encore du mal (faute de preuves soit-disant) à comprendre le lien entre aliments/maladies. Mais de plus en plus d’études tendent à expliquer le lien entre les intestins contenant près de 70% du système immunitaire (tient… encore lui ? bizarre^^), le microbiote (la flore bactérienne), le système neurologique contenu dans les intestins (Ah ????) etc.

Il va falloir encore patienter pour en savoir plus, mais sachez qu’une intolérance peut être momentanée comme à vie aussi, et que tout comme une allergie (décidément !) elle évolue avec vous dans le temps, et donc aujourd’hui rien, mais demain… et vice-versa aujourd’hui tout plein et demain bien moins ;)

Les solutions : le régime d’exclusion uniquement. Pas de tests reconnus, pas de traitement, donc vous êtes les mieux placés pour savoir ce qui vous va ou non, dans quelles proportions etc, car certains supporteront un petit peu une fois par semaine, d’autres rien, nada même pas une trace !

Seule l’intolérance au lactose peut être modifiée en prenant des comprimés de lactase, vous donnez à vos intestins l’enzyme nécessaire pour digérer le lactose que vous allez manger. Par contre cette solution n’est pas adaptée si vous êtes allergique ou intolérant aux protéines du lait.

Quelques chiffres pour vous situer un peu oh combien on est pas si unique qu’on le pense :

_L’allergie alimentaire en France c’est 3,4%¨de la population (enfants & adultes) soit 2 108 000 personnes ! Les enfants seraient les plus touchés et on estime entre 5 et 7% des moins de 15 ans ayant au moins une allergie.

_L’intolérance alimentaire (tout aliment confondu) toucherait selon le Dr Wilhelm, 70% de la population sachant que beaucoup l’ignore !

 

Maintenant qu’on a déblayé un peu le terrain on va pouvoir aller un peu plus dans le détail pour certains cas particuliers ;)

 

PS : En bas vous trouverez en téléchargement libre un rapport de 2002 en PDF de l'AFSSA (Agence Nationale de Sécurité Sanitaire des Aliments, connue aussi sous le nom de l'ANSES) sur les allergies et les intolérances alimentaires qui explique bien en détail les mécanismes, le PAI etc.

 

 

 

Sources